Enquête sur la mort de Bobbi Kristina : 7 révélations choquantes

Pour ceux qui ont religieusement suivi l’affaire Bobbi Kristina Brown, ça a été un vrai marathon. Malheureusement, il semble que ce soit loin d’être fini. Dans l’affaire d’une jeune femme ayant été dans le coma pendant des mois, puis dans un état éveillé, mais sans réaction, il semblerait qu’un progrès rapide soit une priorité. La première actualité liée à cette tragédie a été publiée début février 2015. Une enquête a été lancée par le département de la Police de Roswell, en Géorgie. Mais depuis la mort de Bobbi Kristina, les choses ont un peu changé.

7. Le bureau du procureur a repris l’enquête

Un mois avant la mort annoncée de Bobbi Kristina Brown, le bureau du procureur de Fulton Country a confirmé à plusieurs médias qu’il reprenait en main l’enquête criminelle dans l’affaire Bobbi Kristina Brown. L’enquête a été menée par le département de police de Roswell dès la date de l’incident, le 31 janvier 2015, jusqu’à la fin juin 2015. Durant tout ce temps, aucun individu n’a été accusé d’activité criminelle, bien que le petit-ami de Bobbi Kristina, Nicholas (Nick) Gordon, ait été considéré comme un suspect potentiel au vu de la relation tumultueuse du couple. La presse réclamait des informations sur l’avancée de l’enquête, mais celle-ci n’a jamais découvert de preuve suffisante pour accuser qui que ce soit d’acte criminel.

6. L’enquête est top-secret

Depuis que le bureau du procureur du comté de Fulton a repris en main l’enquête, plus d’informations ont vu le jour. Qu’elles soient supposées par les médias ou venant de sources légitimes, les informations semblent dire que la scène du crime dans la résidence de Bobbi Kristina Brown et de Nick Gordon le 31 janvier 2015 n’était pas tel qu’elle a été initialement décrite par Gordon. Il y a à présent des déclarations de témoins présumés et d’autres individus qui étaient présents à la résidence, Gordon inclut. Des rapports additionnels suggèrent que Nick avait participé à une soirée alimentée de drogues avant de rentrer chez lui à l’aube le 31 janvier 2015. Selon ces rapports, Nick et Bobbi Kristina se seraient disputés ce soir-là pendant 15 minutes, avant que la dispute ne prenne fin abruptement. Cependant, aucune accusation criminelle n’a encore été faite, voulant dire que les enquêteurs reçoivent sans doute des témoignages conflictuels.

5. Procès civil engagé demandant 10 millions de dollars de dommages-intérêts

Parallèlement à l’enquête criminelle menée par les autorités de l’état de Géorgie, un procès civil a été engagé qui fait un tas de revendications, toutes dénonçant Nick Gordon comme responsable de la mort injustifiée de Bobbi Kristina Brown. Le procès affirme que Gordon aurait offert à Bobbi Kristina un ‘cocktail toxique’ qui l’a rendue inconsciente, puis qu’il l’aurait placée tête vers le bas dans un bain d’eau froide, avant de ressortir de la chambre en portant des vêtements différents, et de retrouver des invités qui initialement avaient clamé ne pas être sur place. Le procès, engagé par le tuteur de Bobbi Kristina, Bedelia Hargrove, a également suggéré que Gordon avait commis des fraudes, des vols et des détournements de fonds appartenant à la victime, et le procès serait basé sur des preuves qui n’ont pas encore été révélées au public.

4. La charge de la preuve incombe à l’accusateur

En ce qui concerne l’action civile ou le procès imminent, la charge de la preuve incombe toujours à l’accusateur. En ce qui concerne les accusations criminelles plus graves qui pourraient ressortir de l’enquête du procureur, tout est spéculation pure à ce stade. Le bureau n’accusera personne de crime sans preuve suffisante nécessaire pour gagner un procès. Personne n’a été arrêté, et donc le juriste non-initié peut glaner quelques faits : les preuves sont sans fondement. Cela veut dire que les témoins pourraient facilement être discrédités par la défense sur un certain nombre de faits. Cependant, dans un procès civil, il pourrait y avoir plus de preuves accusant Nick Gordon d’avoir volé l’argent de Bobbi Kristina, et il pourrait être perdant sur ces chefs d’accusation, tandis que les autres, comme l’agression, pourraient être rejetés.

3. Prétendus témoins

C’est là que l’affaire devient intéressante. Ces témoignages présumés de tiers ne pourraient être que des informations falsifiées pour faire du bruit, mais ils sont utilisés pour déposer plainte contre Nick Gordon. Il y avait supposément d’autres personnes dans la résidence de Bobbi Kristina la nuit où elle a été retrouvée inconsciente. Selon un ou plusieurs des témoins, lorsque Nick est sorti de la chambre à coucher après s’être disputé avec Bobbi Kristina, il se serait blotti contre une invitée et lui aurait dit qu’il ‘voulait une jolie petite blanche comme toi’. De plus, il a été rapporté que quelqu’un d’autre avait découvert le corps de Bobbi Kristina dans la baignoire, que son visage était meurtri et qu’elle avait une dent qui pendait hors de la bouche. Ces ‘témoignages’ suggèrent également que ce sont d’autres invités qui ont tenté de la ranimer en faisant du RCP, pas Nick.

2. Ses blessures suggèrent qu’elle a été battue

Comme déjà mentionné, Bobbi Kristina a été blessée le matin du 31 janvier 2015. Elle avait des ecchymoses sur le torse et le visage, et il a été suggéré qu’elle aurait été battue durant une dispute physique, et non blessée en tombant dans la baignoire. Ces ‘témoignages’, en utilisant le terme au sens large, car personne n’a été nommé et l’enquête est en cours, ont suggéré que la dispute entre Nick et Bobbi aurait duré environ 15 minutes durant lesquelles Nick lui criait dessus, l’insultant et l’accusant d’infidélité, tout en étant ivre et drogué. L’autre côté de l’histoire, celui de Nick, sa famille et son équipe d’avocats, a déclaré qu’il s’était disputé avec Bobbi Kristina cette nuit-là, qu’elle l’avait agressé et qu’il avait quitté la résidence.

1. L’équipe juridique de Nick Gordon nie les revendications du tuteur

En ce qui concerne l’action civile déposée contre Nick Gordon, son équipe juridique déclare les accusations ‘sans fondement’ et même calomnieuses. Calomnieuses, en présumant évidemment que les revendications sont fausses. S’il existe une preuve de ces rapports financiers, Nick ne va pas s’en sortir aussi facilement. Tout dépendra des témoignages des témoins présumés qui étaient également présents dans la copropriété appartenant à Bobbi Kristina. Si ces individus peuvent prouver qu’il était là, alors leurs témoignages auront un poids dans le procès civil. Le procès criminel sera probablement plus délicat, à en juger par l’origine des témoins et de la probabilité qu’ils admettent avoir été sous l’influence de drogues et d’alcools la nuit où Bobbi Kristina a connu le début de sa fin tragique.

X